Accédez à votre espace personnel

Devenir membre

 

Connexion avec Facebook

Mot de passe oublié

Actualités

Publicité

Cliquez pour eux 

Vidéo du coeur

Partager
Publié le 06/07/2016 à 23h39

181 chiens et chats sauvés de l'enfer

21 vote(s)

One Voice

L'horreur existe partout, et surtout là où l'on s'y attend le moins. Deux élevages ont fait l'objet d'une longue enquête de la part d'une association de protection animale, d'une cellule d'informateurs et des forces de l'ordre. Ce ne sont pas moins de 181 animaux qui ont pu être sauvés de l'enfer de deux élevages. Découvrez leur histoire.

Ce sont des actes auxquels on ne pense pas. Si une personne fait le choix de développer un élevage, c'est forcément parce qu'elle aime les animaux et qu'elle compte en prendre soin jusqu'au moment de les confier à leurs nouvelles familles ? Malheureusement, il semblerait que nous ne réfléchissions pas tous de la même façon... Le sauvetage dont nous souhaitions vous parler aujourd'hui s'est déroulé il y a un an maintenant. C'est grâce à l'association One Voice, les autorités et le réseau d'information de la Cellule Zoé que 181 chiens et chats ont pu être sauvés dans les élevages de deux trafiquantes.

Contexte du sauvetage

Le contexte dans ces élevages de la honte, vous l'imaginez déjà. Mais les faits sont là et si la vérité est dure à voir, elle est dure à dire également. Ces élevages n'en ont vraiment que le nom. La majeure partie, pour ne pas dire la totalité, des animaux sont atteints de maladies de toutes sortes. Parmi elles, les grandes gagnantes des laissés-pour-compte : coryza, gale, tumeurs, kératite, teigne… Et certainement bien d'autres sur l'ensemble des animaux retrouvés dans deux élevages où se mêlent chiens et chats, sans distinction d'espèce, d'âge, ou de race. L'association rapporte aussi que du matériel de soin jonche les sols. Parmi ce matériel, des vaccins, de vieux médicaments, mais aussi de l'éther. Certains animaux crèvent littéralement de faim, d'autres, de soif. Les animaux de ces élevages clandestins sont livrés à eux-mêmes, négligés, et vivent dans des conditions absolument ignobles et inacceptables.

Conséquences pour les éleveurs

Une première conséquence positive fut le retrait de l'autorisation d'exercer pour la propriétaire de l'un des deux élevages, que nous appellerons madame A., pour sa sécurité – qu'elle ne mérite pourtant pas – et quant à la deuxième propriétaire, l'histoire se corse un peu. D'après la Cellule Zoé, qui est un réseau d'informateurs, 40 autres chats auraient dû se trouver dans l'élevage de madame A., ce qui a donné lieu à une nouvelle enquête. Celle-ci démontre que le premier élevage est lié à un second élevage détenu par madame G. et les conditions de vie des animaux y sont les mêmes que dans le précédent. Honteuses. Pas moins de trois saisies et l'aide de Frédérique Dubost, procureur de Bergerac, ont été nécessaires pour sauver les animaux d'une mort certaine. 181 animaux ont donc pu être soignés grâce à One Voice, qui s'est chargée de payer les frais vétérinaires et le placement des animaux dans des refuges.

Un an après : qu'en est-il ?

Un an après, nous apprenons une deuxième bonne nouvelle. Madame G. a été elle aussi relevé de ses fonctions pour négligence et mauvais traitements envers les animaux de son élevage. Ce sauvetage, qui en plus d'avoir secouru 181 vies, a également permis de démanteler d'autres élevages clandestins du même genre. L'association rapporte que des traitements médicamenteux et des puces électroniques avaient fait l'objet d'un trafic à proximité des deux élevages où a eu lieu la saisie des 181 chiens et chats. Petit à petit, l'oiseau fait son nid et le combat continue.

Source :

Charlène Mougey / One Voice

Commenter l'article | 6419 vue(s)

Partager
L'accès aux commentaires est réservé aux membres déjà inscrits. Veuillez-vous identifier en haut de page. Si vous n'avez pas encore de compte, cliquez-ici pour vous inscrire.

27 commentaire(s)