Accédez à votre espace personnel

Devenir membre

 

Connexion avec Facebook

Mot de passe oublié

Actualités

Publicité

Cliquez pour eux 

Vidéo du coeur

Partager
Publié le 16/12/2011 à 01h43

ADADA : l'interview de Marinette

2 vote(s)

ADADA

Tandis qu'Emotion était en parrainage sur notre site, nous avons souhaité interviewer la présidente de l'A.D.A.D.A que nous avons vue, ses biberons à la main, auprès de notre touchante filleule.

1) Vous vous êtes beaucoup investie pour sauver Emotion, quels problèmes pratiques avez-vous dû surmonter pour lui faire une place chez vous et la soigner ?

Nous ne pouvions pas laisser Emotion avec sa mère, qui l’aurait blessée, voire pire. Et Emotion devait impérativement être nourrie toutes les 2 heures, même la nuit: nous avons donc été contraints de lui aménager un petit box dans le garage, à la maison. Emotion a accès à une partie du jardin, mais la petite ne veut pas sortir seule, donc je la promène 3 fois par jour, pour un tour de jardin, ou une petite balade sur l’avenue. Le reste du temps, Emotion se balade entre son box, le garage, et la cour de la maison : elle suit avec intérêt nos allers et venues … et l’arrivée de ses biberons! En fait, la difficulté majeure de ce sauvetage, hormis les nombreux problèmes de santé d’Emotion, c’est la disponibilité dont il a fallu faire preuve pour la nourrir depuis 3 mois nuits et jours toutes les 2 heures. Une tâche impérative qui venait s’ajouter à tout le travail administratif de l’association, et à l’encadrement des équipes de soigneurs sur le terrain...

2) Est-elle maintenant tirée d’affaire ? Aura-t-elle des séquelles de ce démarrage sans sa mère biologique ?

Emotion a eu 3 mois il y tout juste quelques jours, le 11 novembre. Elle prend maintenant ses biberons toutes les 3 heures (donc 1 heure de plus pour nous pour souffler entre les repas ! ) Cela reste néanmoins assez lourd en terme d’organisation. Quant à ses problèmes de santé, nous espérons qu’ils appartiennent maintenant au passé ! Le vétérinaire lui a enlevé le clapet qu’il avait du lui poser au nombril, et son problème à ce niveau est normalement réglé. Par ailleurs, bien qu’elle n’ait pas pu absorber le colostrum juste après sa naissance, le fait qu’elle était été transfusée avec le sang de sa mère devrait garantir le bon fonctionnement de son système immunitaire. Hormis le fait qu’elle soit de petite taille pour son âge, on peut donc considérer qu’elle n’aura pas de séquelles physiques de ce démarrage chaotique dans l’existence. A ce stade néanmoins, il est certain que l’impact de son mode de vie sur son mental est important : vivant avec des humains, Emotion ne se rend pas compte qu’elle est un âne. Je pense qu’elle me prend pour sa mère ! Mais ce problème se réglera dès qu’Emotion sera assez grande pour ne plus avoir besoin de son biberon, et qu’elle sera peu à peu réintroduite dans un groupe d’ânesses. L’adaptation, bien menée, se fait rapidement, nous avons déjà pu le constater chez plusieurs ânons rescapés dans des situations comparables.

3) La jolie Emotion aura besoin d'une famille. Que diriez-vous à ceux qui souhaitent accueillir un âne chez eux ?

Emotion ne sera pas adoptable, au moins dans un premier temps (nous ne faisons jamais adopter d’ânons. A l’ADADA, un âne doit être adulte et en bonne santé pour être proposé à l’adoption.) Plus généralement, nous souhaiterions rappeler à tous ceux qui souhaitent accueillir un âne chez eux, que :

  • un âne n’est pas une peluche, ni un jouet, ni une tondeuse à gazon.
  • un âne est un animal sociable, qui vit en troupeau, il a donc besoin de compagnie. Un âne seul dans un pré est malheureux, pour nous c’est un type de maltraitance.
  • un âne génère des frais : le parage des sabot est impératif, il doit être réalisé régulièrement par un professionnel (30 à 40€ par parage, tous les 3 ou 4 mois), un âne doit être vacciné et vermifugé, il lui faut aussi un abri propre, au sec, et entretenu, et un terrain d’une surface décente (oubliez votre petit carré de jardin, un âne adulte doit pouvoir gambader et disposer d'au moins 5000 m2 de terrain), un âne peut avoir besoin de compléments alimentaires selon son état de santé, et, bien entendu, comme tout être vivant, un âne peut tomber malade …
  • enfin, dernier point mais pas le moindre, nos amis les ânes peuvent vivre 40 ans, voire plus. C’est donc un engagement à long terme ! 

4) Pouvez-vous en quelques lignes mettre en garde les internautes contre les produits à base de lait d’ânesse ? Pour ou contre les produits au lait d’ânesse ?

C’est une question délicate … Il faut partir d’un constat : pour avoir du lait, une ânesse doit avoir un petit. L’utilisation du lait d’ânesse à des fins commerciales, pour la fabrication de produits cosmétiques notamment, suppose donc la naissance d’ânons, d’autant plus nombreux que l’élevage est important. Que deviennent ces ânons ? Les femelles sont en général gardées pour la reproduction … et le lait. Mais l’avenir des mâles est plus problématique. Certains fabricants de produits à base de lait d’ânesse sont réellement soucieux du devenir de leurs ânons, nous connaissons de petits élevages très sérieux, qui font le maximum pour placer les ânons dans de bonnes conditions. Mais dans les grands élevages, c’est moins garanti. De plus, aujourd’hui, avec l’engouement pour ce type de produits, la production augmente et la taille des élevages aussi, ce qui, pour nous, n’est pas une bonne chose. Il y a quelques années, nous avions proposé des produits à base de lait d’ânesse dans la Boutique ADADA. Mais aujourd’hui nous avons cessé, et notre position est de ne pas soutenir ces produits, puisque nous n’avons aucune garantie quant à l’avenir des ânons.

5) Voilà plus d’un an que ADADA est partenaire d’ACTUANIMAUX. Ce partenariat a-t-il répondu à vos attentes, comment pourrions-nous l’améliorer ?

Nous sommes partenaires d’Actuanimaux depuis mai 2010, et nous sommes très heureux de ce partenariat, qui nous apporte un soutien financier précieux pour nos ânes, et une visibilité sur le web à la rencontre de nombreux internautes sensibles à la cause que nous défendons. Quant aux pistes d’amélioration, disons surtout qu’il reste aux cliqueurs beaucoup de travail car nous avons aujourd’hui au refuge 282 équidés (très majoritairement des ânes, mais également quelques mulets et bardots, et même 2 poneys « invités d’exception »). De surcroit, de plus en plus d’ânes nous arrivent malades, blessés, ou dans des conditions sanitaires déplorables. En 2011, nous avons eu à gérer de nombreux cas très lourds (handicaps, maladies graves et invalidantes, blessures, infections lourdes …) Grâce à Actuanimaux nous avons maintenant 2 boxs infirmeries, mais c’est encore peu (ils sont toujours occupés!), et les frais vétérinaire ont explosé : plus de 40 000 euros par an soit plus de 3000 euros par mois ! Sur ce point votre aide est fondamentale pour nous et pour tous les ânes du refuge !

Dernière minute : aidez l'ADADA en participant à la Souscription 2012 pour les soins des ânes, en faveur des 272 ânes du refuge : des billets sont en vente auprès du siège de l'ADADA, au prix de 2€ (+ timbre). A gagner : une voiture d'attelage pour âne, un séjour d'une semaine à Cagnes/mer, un tableau de votre animal par un peintre animalier, et beaucoup d'autres lots! (tirage fin janvier 2012)

Source :

Actuanimaux

Commenter l'article | 2983 vue(s)

Partager
L'accès aux commentaires est réservé aux membres déjà inscrits. Veuillez-vous identifier en haut de page. Si vous n'avez pas encore de compte, cliquez-ici pour vous inscrire.

0 commentaire(s)