Accédez à votre espace personnel

Devenir membre

 

Connexion avec Facebook

Mot de passe oublié

Actualités

Publicité

Cliquez pour eux 

Vidéo du coeur

Partager
Publié le 26/11/2011 à 23h25

Lévriers sans frontières : le témoignage de Muriel

3 vote(s)

Actuanimaux

Muriel, fidèle cliqueuse, nous fait part de son travail en faveur de la protection animale et plus particulièrement pour Lévriers Sans Frontières.

"Il était une fois »…Combien de contes et de romans commencent par ces quatre petits mots là ? Un appel de Lévriers sans frontières sur Actu animaux avait suscité ma curiosité en Novembre dernier. J’étais alors loin, si loin d’imaginer le sort réservé aux Galgos d’Espagne. De sites en sites, de photos en vidéos, reportages et articles m’ont fait découvrir toutes les atrocités que les Galgueros font subir à cette pauvre race. Au nom des coutumes...Foutues coutumes ancestrales. Chaque image, toutes plus insoutenables les unes que les autres inondaient mes yeux de larmes. Que faire quand on est si indignée derrière l’écran d’un ordinateur ? Juste continuer de cliquer ? Non, Ce n’est pas assez.

Tant pis pour les jolies petites robes en solde, il y a plus urgent. Et puis la table basse du salon tiendra bien encore jusqu’à l’année prochaine. J’ai alors adopté une petite galga en Décembre. Elle est si douce, si affectueuse et ses petits yeux en amande me font complètement craquer elle est tellement adorable qu’une autre a suivi quelques mois plus tard, toute abîmée elle aussi mais toute autant en demande d'amour et de gentillesse. Ca en fait au moins deux de sorties de là-bas mais il y en a tant d’autres. Je ne pourrai décemment pas en adopter d’autres. Personne ne peut adopter à l’infini. Environ 450 galgos à la fin de chaque saison de chasse remplissent le refuge de SCOOBY MEDINA. Rien que pour ce refuge là, c'est enorme. La peau couverte d’escarres, mutilés, à demi brûlés, les pattes cassées, la truffe arrachée et tout ce que l’on peut imaginer… Tous ne survivent pas, trop affamés, trop soumis, trop torturés...

La loi du plus fort règne en maître dans la promiscuité de ce refuge en si piteux état. Les moyens manquent terriblement. En hiver bon nombre de chiens meurent des conséquences du froid ou sous les crocs des plus puissants et, crise économique oblige, plus aucune subvention n’est distribuée. B..... de M.... ! Que je suis révoltée devant cette incommensurable dose de bêtise humaine. Comme si la terre ne portait pas encore assez de malheurs aux quatre coins du monde, humains, écologiques, économiques… et savoir qu’aucune supplication ni même conjuration ne fera cesser ce stupide acharnement sur ces animaux, puisque le pouvoir en place cautionne ce massacre, me dégoûte. Il ne reste que le bénévolat pour tenter d’aider à soulager un tant soit peu cette cause. Quelques coups de téléphone échangés avec Odile, présidente d’LSF, quelques rencontres et me voilà incorporée dans l’équipe des bénévoles au sein d’LSF. J’applaudis le courage de cette femme et j’admire sa ténacité. Son indignation nourrit sa force. Sa colère alimente son énergie. La volonté et la résolution de sortir le plus possible de chiens de cet enfer sont devenues son sacerdoce. LSF est désormais parmi les plus importantes associations de sauvetage de chiens en France. Près d’une cinquantaine de galgos par trimestre sont adoptés. La contribution de chacune d’entre nous, comme elle le peut porte ses fruits. Nous ne sommes qu’une petite quinzaine, il faudrait que nous soyons plus, beaucoup plus.

Oh, ça ne prend pas tant de temps que ça, quelques heures par-ci, par là. (...) Il faut que le camion de SCOOBY, après nous avoir déposé les chiens à adopter, reparte plein en Espagne à chaque fois.c'est notre défi. (...) Chaque animal qui monte dans le camion de l’espoir et sort de ce refuge en perdition est un animal sauvé. Etre famille d'accueil, pouvoir garder un chien quelques semaines chez soi en attendant son adoption définitive dans sa famille, lui consacrer un mètre carré pour son panier, lui offrir quelques croquettes. Est-ce irréalisable ? Non. Absolument pas. Beaucoup d’entre vous le peuvent mais ne s’impliquent pas. Pourquoi ? Peur de quoi ? Le regarder dormir, enfin repu et paisible après tous les sévices qu’il a endurés. Ce n’est pourtant que du bonheur. Le respecter, gagner sa confiance, le caresser ...

Nous sommes conscients que cette bataille est titanesque . Alors, à grands coups de gueule, à force de se faire connaître, à force de reveiller les consciences , à force de publier des reportages , à force de signer des pétitions... A force d'agir, nous caressons l'espoir d'arriver un jour, à coups de lois, à un épilogue joyeux. Nous rêvons de ce jour là où nous pourrons clore enfin ce sale bouquin. Mais ce n'est pas demain la veille. Venez nous rejoindre, s’il vous plaît. Chacun peut apporter une petite pierre à cet édifice. Aussi petite soit-elle.

Source :

Actuanimaux

Commenter l'article | 3844 vue(s)

Partager
L'accès aux commentaires est réservé aux membres déjà inscrits. Veuillez-vous identifier en haut de page. Si vous n'avez pas encore de compte, cliquez-ici pour vous inscrire.

1 commentaire(s)