Accédez à votre espace personnel

Devenir membre

 

Connexion avec Facebook

Mot de passe oublié

Actualités

Publicité

Cliquez pour eux 

Vidéo du coeur

Partager
Publié le 08/12/2011 à 09h14

L'amour des lévriers : Becky devenue Glamour chez Muriel

4 vote(s)

Muriel /Lévriers Sans Frontières

Une histoire d'adoption d'un lévrier. Muriel nous raconte l'adoption de Becky, galga recueillie par Lévriers Sans Frontières.

Ne cherchez pas Glamour sur notre site, elle n'a pas eu le temps d'être notre filleule et pourtant c'est un peu grâce à Actuanimaux qu'elle se retrouve chez Muriel après avoir subi d'affreuses violences. Muriel a découvert sur notre site la terrible condition des lévriers, elle nous a écrit de très beaux textes plein de spontaneité et d'enthousiasme, d'abord pour l'adoption de Facile puis pour son engagement comme bénévole auprès de notre association partenaire Lévriers sans Frontières. Aujourd'hui nous publions l'adoption de cette petite martyre qui a enfin trouvé le paradis chez Muriel aux côtés de Facile.

GLAMOUR, surnommée BECKY en Espagne, a été trouvée abandonnée après avoir été tabassée. Elle a traînée plusieurs jours dans cet état là sur un trottoir. Une des personnes du refuge est venu la récupérer ainsi. Les côtes explosées, toutes les dents cassées sur le côté droit, la mandibule, la machoire et le nez cassé, son oeil droit exorbité et irrécupérable. Elle a subit une énucléation et opérations. Et ben voilà… Ce qui devait arriver arriva ! « Quand y’en a pou l’un… y’en a pour l’autre ! 

 Depuis hier, FACILE a une petite sœur de galères. FACILE est entrée dans ma vie le 12 Décembre dernier et j’ai découvert, depuis, la gentillesse, la délicatesse, la grâce et la docilité des Galgos . Beaucoup de similitude avec les chats je remarque. Ils sont presque capables de faire des nœuds avec leurs longues longues pattes. Rien que de voir leur souplesse...j'en rêve... J’observe aussi que malgré les souffrances que leur cerveau garde en mémoire, qu’en dépit de toutes les cicatrices sous leurs poils que leur corps dévoile, qu’au mépris des tortures qu’ils ont pu subir, ces chiens sont capables de nous gratifier de tout l’amour qu’il leur reste et ça représente des tonnes et des tonnes…

Depuis hier « GLAMOUR » est venue rejoindre avec SPIKE, BECAUSE et FACILE les « canapés’s party, coussins en vrac »… les « laisse pas ta bouffe traîner ou je te la chipe »…les « j’ai un sofa mais je préfère le tien»… les « je te léchouille et toi, tu me papouilles »…Sans oublier les longues promenades qu’on fera tous ensemble avant de se vautrer au coin du feu. Ma petite « GLAMOUR »… Toi aussi je t’ai affligée d’un drôle de nom mais pour toi aussi il est de circonstance. Ta petite gueule toute cassée, ton long museau qui ne sera plus jamais tout à fait droit, Un œil de moins. Tes os tout brisés, ton cœur et ton âme meurtris. Tout ça, il est vrai, ne te donne pas un look très sexy… Et pourtant, pour moi, tu es belle comme tu es, si l’on considère comme je considère que les seuls synonymes de la beauté ne sont pas qu’esthétisme, harmonie, joliesse, perfection ou splendeur. La beauté, ta beauté, c’est le courage, la bravoure et la volonté que tu as fourni pour ta guérison ces dernières semaines. Il n’y a que quelques heures que l’on s’appartient mais ce que je perçois déjà dans ton regard c’est cet espoir d’être aimée, que je prenne soin de toi, que je t’offre de douces caresses et que je t’apporte la paix. Le plus simplement. Ton look, tu t’en fous comme tu te foutrais bien du mien si demain j’avais un accident qui me priverait de mes deux jambes. J’imagine bien que ce qui hante ton esprit, ce n’est pas une apparence déformée mais plutôt ce qu’un homme est capable d’infliger comme douleur avec ses pieds et ses mains.

On y mettra le temps toutes les deux, on ira lentement mais Je me lance le défi de ne plus te voir plisser ton seul petit oeil en courbant l'échine lorsque j’approcherai ma main de toi et ce, même si on y passe des mois et des années, jusqu’à être assurée également que les tressaillements de ton corps quand tu dors ne soient plus les mauvais souvenirs qui encombrent ton cerveau mais que ta pensée repasse bien dans ton sommeil le film de ta journée à folâtrer dans les prés, à flairer dans le jardin et à batifoler avec tes trois complices. On a du boulot mais on est en chemin pour la réconciliation avec l’être humain, « ma petite gueule d’Amour » . On n’est pas tous des salauds, promis !

Source :

Actuanimaux

Commenter l'article | 3739 vue(s)

Partager
L'accès aux commentaires est réservé aux membres déjà inscrits. Veuillez-vous identifier en haut de page. Si vous n'avez pas encore de compte, cliquez-ici pour vous inscrire.

7 commentaire(s)