Accédez à votre espace personnel

Devenir membre

 

Connexion avec Facebook

Mot de passe oublié

Conseils

Publicité

Cliquez pour eux 

Vidéo du coeur

Partager
Publié le 24/10/2016 à 05h43

L’obésité des animaux de compagnie en progression

7 vote(s)

DR

Les chiffres varient selon les études mais tous les vétérinaires sont d’accord pour dire que nos animaux de compagnie ont tendance à grossir.
Dans nos sociétés, le problème de l’obésité de l’homme a dérivé sur nos animaux.

Un problème de santé animale : l'obésité 

La malnutrition se définit de deux manières. Il peut être question d’un manque de nourriture mais aussi d’une mauvaise façon de se nourrir. On parle de malnutrition lorsqu’il manque les éléments indispensables à une bonne santé. De manière générale, l’homme consomme de plus en plus ce qui n’est pas bon pour sa santé et a tendance à devenir de plus en plus sédentaire. Ce même problème se retrouve chez l’animal de compagnie.

On se rend compte que le comportement du maître humain détermine le poids de l’animal, la mauvaise hygiène de vie de l'un retentit sur l'autre : on a pu remarquer qu'un propriétaire sportif avait rarement un animal trop gros. 
Lorsque l’on annonce à une personne en surpoids que son animal est trop gros, celle-ci par amour pour lui, va changer de comportement pour qu’il maigrisse. Et finalement on constate très souvent que propriétaire et animal perdent du poids en même temps ! 

En 2007, une étude de « Pet obesity Awareness Day Study » démontre que tous les propriétaires estiment le poids de leur animal à sa juste valeur et sont parfaitement conscients de leur obésité. Le fait que l’animal reste gros vient du manque de motivation du maître.

Animaux en surpoids : importance du rôle du vétérinaire

Le propriétaire qui se soucie de son animal va régulièrement chez le vétérinaire pour le faire vacciner ou le faire soigner . A cette occasion, l’observation du vétérinaire est importante, il devra alerter le maîte sur d'éventuels problèmes de surpoids de son compagnon à 4 pattes.

Parfois, il suffit juste expliquer au maître que gaver son animal de friandises n’est pas bon pour lui et ne peut pas être une preuve d’amour puique l'impact négatif sur la santé de son compagnon à 4 pattes est indéniable (problèmes cardiaques, problèmes de marche...)  

L’obésité n’est pas un problème de comportement du chien ou du chat, le problème vient du propriétaire qui le nourrit trop.

La consultation est l'occasion de peser l'animal  pour établir la courbe de poids et ajuster la diététique en fonction de tables d'équivalences caloriques .

Enfin, le vétérinaire peut proposer de fournir l’alimentation en convaincant le maître qu’elle est parfaitement dosée et équilibrée, que l’animal ne manquera de rien si la bonne quantité lui est donnée et surtout qu'un animal correctement nourri en qualité et en quantité vivra plus longtemps.

Le vétérinaire ne doit jamais oublier la relation du maître avec son chien ou son chat. Si le proprétaire est lui-même en surpoids, une remarque peut blesser le maître et il arrive que certains quittent le cabinet médical en claquant la porte, ce qui compromet toute chance de régler le problème de santé du chien.

S'attaquer au problème de l'obésité d'un animal demande que le maître joue le jeu et quelques fois en arrive même à changer son propre comportement alimentaire.  

photos droits réservés

Source :

3piliers.com/troubles-du-comportement-du-chien

Contributeur valerie.lagauche

Commenter l'article | 3515 vue(s)

Partager
L'accès aux commentaires est réservé aux membres déjà inscrits. Veuillez-vous identifier en haut de page. Si vous n'avez pas encore de compte, cliquez-ici pour vous inscrire.

5 commentaire(s)